Tout savoir sur la phlébite

Phlébite : causes, symptômes et traitements

Chaque année, on compte entre 50 000 et 100 000 phlébites en France. Cette pathologie touche la circulation sanguine et peut avoir des conséquences graves si elle n’est pas traitée à temps. La prise en charge de la phlébite repose sur l’hospitalisation et la mise en place d’un traitement anticoagulant. On vous explique.

Qu’est-ce qu’une phlébite ?

La phlébite, appelée aussi thrombose veineuse, est provoquée par un caillot (ou thrombus) qui vient bloquer la circulation sanguine. Le caillot se forme au niveau d’une veine, le plus souvent au niveau des jambes (90% des cas).

On distingue la thrombose veineuse superficielle et la thrombose veineuse profonde. Le risque majeur de la phlébite est le caillot qui migre vers les artères pulmonaires provoquant ainsi une embolie pulmonaire.

Symptômes de la phlébite

L’obstruction de la veine provoquée par le thrombus déclenche une inflammation de la zone. Les symptômes qui en découlent sont une douleur et une rougeur localisée au niveau de la zone concernée.

Dans le cas d’une phlébite superficielle (ou paraphlébite), on peut observer une induration et une chaleur au niveau d’une varice à l’aspect rouge. Si le caillot obstrue que partiellement la veine, les symptômes peuvent passer inaperçus.

Lorsque le caillot vient se loger dans une veine profonde, le mollet devient douloureux puis la douleur se diffuse à toute la jambe. Par ailleurs, on observe que le mollet est gonflé et dur à la palpation. La peau du membre touché peut également avoir un aspect bleuté ou violacé.

Causes de la phlébite

Le facteur favorisant principal de la phlébite superficielle est l’insuffisance veineuse chronique. Ce trouble de la circulation sanguine provoque une altération du retour veineux qui touche les membres inférieurs. Les varices peuvent également être le siège d’une thrombose veineuse.

La stagnation du sang au niveau des jambes (stase veineuse) favorise la formation d’un caillot et augmente donc le risque de phlébite. Ainsi, toutes les situations de mobilité réduite augmentent le risque de faire une phlébite.

Facteurs de risque

Les thromboses veineuses profondes font généralement suite à une situation à risque qui favorise la stagnation du sang dans les veines. On peut noter toutes les situations d’immobilité prolongée : alitement, voyage prolongé en avion ou en voiture, port d’un plâtre, etc. Ces immobilisations à longues durées peuvent provoquer des escarres qui peuvent mener à des lésions cutanées graves.

Par ailleurs, d’autres facteurs de risque de phlébite existent tels que :

  • La déshydratation
  • Certains cancers
  • Des troubles de la coagulation
  • Le tabac
  • La grossesse
  • Les pilules contraceptives de troisième et de quatrième génération
  • Etc.

Prévention

Pour réduire le risque de formation de caillot, il est nécessaire de favoriser le retour veineux en adoptant une hygiène de vie saine (alimentation équilibrée et activité physique régulière).

Si vous prévoyez un voyage en avion pour une durée supérieure à 6 heures, consultez votre médecin généraliste. Il vous donnera toutes les consignes de prévention à suivre durant votre vol.

En cas de facteur de risque médical, votre médecin pourra vous prescrire des bas ou des bandes de contention qui peuvent être portés en toute circonstance ou lors de situations à risque (grossesse, long voyage, etc.).

Par ailleurs, un traitement anticoagulant injectable peut vous être prescrit par votre médecin ou votre chirurgien, notamment suite à une intervention chirurgicale orthopédique. Dans tous les cas, on préconise un lever précoce dans la mesure du possible afin de réduire la durée d’alitement.

Diagnostic de la phlébite profonde ou superficielle

En cas de suspicion de thrombose veineuse superficielle, on pratique un écho-doppler veineux. Cet examen d’imagerie médicale permet d’observer les veines des membres inférieurs et d’évaluer le flux sanguin grâce à des ultrasons. Il permettra d’écarter la présence d’une phlébite profonde associée à la paraphlébite.

Pour poser le diagnostic de thrombose veineuse profonde, un examen sanguin appelé dosage des D-dimères et un écho-doppler veineux sont nécessaires. Si le dosage des D-dimères est négatif, le diagnostic de phlébite est écarté. Cependant s’il est positif, le diagnostic devra être confirmé par écho-doppler.

En cas de phlébite profonde, des examens complémentaires seront réalisés pour déterminer la cause de la phlébite.

Traitement de la phlébite : Hospitalisation et soins à domicile

Dans un premier temps, le traitement proposé aura pour but de stopper l’évolution du caillot et de limiter le risque qu’il migre vers les poumons.

Puis, le traitement sera adapté pour réduire le risque de récidive et de faire en sorte que la phlébite n’ai pas de conséquences durables sur les veines (valves et parois) qu’on appelle syndrome post-thrombotique.

Les anticoagulants : traitement de premier intention

Une hospitalisation est nécessaire pour la réalisation des différents examens diagnostiques et pour débuter le traitement. On injecte des anticoagulants dès le diagnostic de thrombose veineuse posée. En premier lieu, on traite la phlébite avec des injections d’héparines ou ses dérivés (fondaparinux).

En parallèle, on réalise un bilan sanguin régulier pour le dosage des plaquettes sanguines (risque de diminution suite au traitement).

L’hospitalisation peut durer 3 jours à plusieurs semaines selon le type de thrombose, la réponse au traitement et en fonction du risque d’embolie pulmonaire.

À long terme : les anti-vitamines K

En relais des injections d’anticoagulants, le traitement par anti-vitamines K ou par anticoagulant par voie orale va permettre d’envisager un retour à domicile. Le dosage des médicaments est adapté selon le profil de chaque patient.

La prise de ces comprimés nécessite de respecter la prescription médicale à la lettre en raison du risque hémorragique qui peut découler d’une mauvaise observance des traitements.

Par ailleurs, dans les 6 premiers mois du traitement, des effets indésirables de nature immunoallergique peuvent apparaître : gêne respiratoire, fièvre, anomalies de la peau, etc. Pour autant, ce traitement ne doit pas être arrêté sans avis médical.

Prendre des anti-vitamines K nécessite un suivi médical régulier et une hygiène de vie stricte (alimentation équilibrée, consommation d’alcool limitée).

Dans tous les cas, le port de contention (bas, bandes, collants) est préconisé durant minimum 3 mois pour faciliter le retour veineux et limiter le risque de récidive.

Prise en charge à domicile par une infirmière libérale

Concernant la prise en charge des phlébites, les protocoles hospitaliers évoluent pour favoriser les soins à domicile. Le but étant de réduire au maximum la durée de l’hospitalisation afin que le patient puisse être pris en charge dans son logement avec un suivi médical et paramédical organisé avant sa sortie.

En effet, les injections, les prises de sang ou la pose des bandes de cotation sont des soins que les infirmiers à domicile ont l’habitude de pratiquer. L’équipe médicale se base sur différents critères pour autoriser une prise en charge à domicile comme :

  • Le degré de gravité de la thrombose veineuse
  • L’état de santé général du patient
  • Les conditions de vie
  • L’autonomie du patient

L’infirmière à domicile pourra ainsi réaliser tous les soins prescrits par le médecin hospitalier. Elle s’entretiendra avec l’équipe médicale si nécessaire.

Medicalib permet de prendre rendez-vous avec une infirmière libérale en quelques clics. Notre plateforme met en relation les professionnels de santé à domicile avec les personnes qui en font la demande.

Notre réseau compte plus de 20 000 infirmiers, sages-femmes et kinésithérapeutes présents partout en France. Medicalib est fortement plébiscité et nous avons pu traiter plus de 500 000 demandes de soins. Pour prendre rendez-vous, rien de plus simple ! Il suffit de renseigner votre demande sur Medicalib

Phlébite et soins à domicile

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.