Deux médecins en blouse

Comment bien choisir sa complémentaire santé ?

Choisir une complémentaire santé n’est pas chose aisée. Face à la multitude d’offres en ligne et au développement des comparateurs, il peut être parfois compliqué de s’y retrouver, de faire le bon choix et de savoir où s’adresser : banques, mutuelles, courtier… Un changement de complémentaire peut intervenir en cas de changement professionnel (changement de société, de statut…) ou personnel (divorce, décès…) … Voici quelques conseils pour mieux vous y retrouver.

Anticiper ses frais

Il y a plusieurs questions à se poser avant de souscrire une complémentaire santé : le nombre de personnes concernées, les médecins / spécialistes consultés, le nombre de consultations par an…

Comprendre vos besoins vous permettra d’anticiper au mieux vos frais. Le reste à charge sur certains postes comme le dentaire ou l’optique peuvent monter rapidement surtout en cas de de panier hors 100 % santé. Pour une famille avec deux enfants, les montants peuvent vite monter, dans ces cas-là prendre une complémentaire qui rembourse à plus de 100 % est pertinent.

Inversement, si vous ne consultez que peu ou pas de spécialistes, pas besoin d’opter pour une complémentaire avec des garanties élevées. Calculer ses frais en amont, c’est s’assurer de choisir la   complémentaire santé la plus adaptée.

Mais qu’en est-il de l’imprévisible ? Des accidents ? Le rôle des complémentaires est justement d’anticiper ce qui ne peut l’être. Si vous n’avez pas prévu d’hospitalisation, assurez-vous d’avoir des garanties minimales pour ce type de poste.

Le prix, mais surtout…

Comprendre les niveaux de garanties

Il peut être compliqué de comprendre son tableau de garantie ainsi que le calcul de vos remboursements. Pour faire simple, la Sécurité sociale rembourse entre 60 et 80 % (selon l’acte) d’un tarif conventionné décidé en amont. Lorsque vous voyez un niveau de garantie de 100 % cela signifie que vous serez remboursé du reste de ce tarif de convention appelé le ticket modérateur.

Dans la majeure partie des cas, les complémentaires proposent 3 niveaux de garanties. Le premier ne couvre généralement que les garanties minimales (100 %), c’est-à-dire le ticket modérateur. Les deux autres niveaux apportent des garanties supplémentaires et permettent de couvrir les frais des praticiens en dépassement d’honoraires ou en cas de besoin spécifique comme la médecine de prévention.

Les prix pouvant varier du simple au double, le calcul des frais annuels reste primordial pour évaluer vos besoins. C’est en identifiant au mieux vos besoins que vous pourrez faire le calcul du ratio entre vos cotisations et vos remboursements.

Les augmentations annuelles

Certaines complémentaires lors du lancement de nouveaux produits pratiquent des prix très (trop) bas pour acquérir plus de clients et augmentent par la suite le prix des cotisations. Si vous optez pour ce type de produit d’assurance santé, pensez bien à résilier avant que les prix n’augmentent trop.

Attention aux modulations !

Ces contrats peuvent paraître attrayant, car ils permettent d’augmenter ponctuellement votre couverture sur certains postes sans passer à la garantie supérieure. Mais sur le long terme, ce type de contrat n’est pas rentable et vous coûtera plus cher en définitif.

Le mieux dans ces cas-là est de demander l’avis d’un expert en assurance santé comme Santiane. Il sera le plus à même d’évaluer vos besoins et de vous proposer le contrat le plus adapté.

Les plafonds et limites imposés par les assurances

Attention aux délais de carence

Certaines complémentaires imposent un délai pendant lequel l’assuré ne peut prétendre aux remboursements de certains postes. C’est le cas notamment pour les dépenses dentaires : implants, couronnes, inlay-core… 

Cette période débute au moment de la signature et peut s’étendre jusqu’à 9 mois, mais bonne nouvelle, de moins en moins de complémentaires santé imposent ce type de contrainte. Il faut tout de même rester vigilant lors de la souscription d’un nouveau contrat.

Limites de consultation par an

Certains types de dépenses comme la consultation d’un psychologue peuvent être limités en termes de nombre de séances et en termes de prix. Généralement, les complémentaires limitent à 2/3 séances à l’année avec un tarif plafonné dans les 30 €.

La chirurgie réfractive de l’œil est également limitée. En effet, certaines complémentaires remboursent l’opération d’un œil par an seulement. Pour ne pas être handicapé et pouvoir réaliser les deux opérations en quelques mois le mieux est de souscrire en fin d’année.

Où souscrire et à qui s’adresser ?

De nombreuses offres d’assurance santé sont actuellement disponibles sur le marché et l’assurance individuelle représente 50 % de ce dernier. Les différentes options pour souscrire sont : 

  • les assureurs
  • les bancassureurs
  • les courtiers en assurance
  • les mutuelles. 

Nous ne recommandons pas la souscription auprès d’une banque. En effet, les banquiers sont peu formés sur le sujet et pourraient vous proposer des contrats non adaptés. Si vous souhaitez tout de même souscrire, pensez à demander l’avis d’un expert en assurance santé.

Pensez aux comparateurs

L’essor des comparateurs en ligne permet d’avoir une idée des tarifs pratiqués sans avoir à se déplacer. Ils sont gratuits et vous permettent d’avoir en quelques clics de précieuses informations qui pourront vous aider dans votre choix. 

Certaines plateformes de comparaison proposent également une mise en relation gratuite avec un conseiller. Ceux-ci pourront vous aider à y voir plus clair et à mieux anticiper vos besoins.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.