phlébotomie ou soustraction sanguine, la saignée est un prélèvement sanguin

La saignée : un traitement toujours à l’ordre du jour !

Également connue sous le nom de phlébotomie ou soustraction sanguine, la saignée est un prélèvement sanguin toujours pratiqué.

Ce geste médical simple est utilisé dans le traitement de certaines pathologies comme l’hémochromatose en vue de diminuer la quantité de fer excessive stockée dans l’organisme.

Dans quel cas la saignée est-elle utilisée ? Où faire une phlébotomie ? Comment coter cet acte lorsqu’il est pratiqué par un IDEL ?

Medicalib vous en dit plus à ce sujet. 

Cet article s’appuie sur les données scientifiques disponibles sur le sujet traité, à sa date de mise à jour.

I – La saignée : dans quel cas est-elle utilisée ?

La pratique des saignées est essentiellement envisagée dans le traitement de maladies hépatiques afin de réduire la quantité de fer présente dans l’organisme et d’ainsi limiter l’aggravation de certaines pathologies. 

En prélevant des globules rouges (riches en fer), l’organisme va être contraint d’aller puiser le fer qui s’est déposé en excès dans des organes comme le foie, le pancréas ou le cœur. 

Les saignées sont notamment pratiquées dans le cadre du traitement des pathologies suivantes :

HÉMOCHROMATOSEEn l’absence de contre-indication cardiovasculaire, elle permet une prise en charge thérapeutique précoce de l’hémochromatose génétique. 

La pratique de la saignée est conseillée pour les patients : 
qui consomment de l’alcool de manière excessive (plus de 40 g/j) 
qui présentent également une affection virale chronique B ou C.

STEATO-HEPATITE NON ALCOOLIQUE
“maladie du soda”
HÉPATITE C CHRONIQUE“Dans la prise en charge de l’hépatite chronique à VHC, la réalisation de saignées préalable au traitement permet souvent de diminuer la cytolyse voire de normaliser les transaminases mais n’apporte pas de bénéfice en matière de réponse au traitement. [1]
HÉPATOSIDÉROSE DYSMÉTABOLIQUEPathologie retrouvée notamment chez les personnes présentant un surpoids ou une tension artérielle élevée.
POLYGLOBULIE DE VAQUEZSurproduction de globules rouges provoquée par un excès de globules hyperproduction de la moelle osseuse.
PORPHYRIE CUTANÉE TARDIVEFragilité cutanée et la formation de phlyctènes due à la carence d’une enzyme nécessaire à la fabrication de l’hème (composant des globules rouges qui transporte le fer).

Cliquez ici pour prendre rendez-vous avec une infirmière libérale à domicile

II – Pratique de la saignée : préconisations, fréquence et risques?

La pratique de la saignée peut se faire en consultation externe hospitalière, en cabinet médical ou infirmier, ou à domicile après vérification de la tolérance (soit au moins après 5 séances en structure de soins).

La phlébotomie est réalisée par un professionnel de santé compétent, sur prescription médicale

Le matériel utilisé est mentionné dans la liste des produits et prestations (LPP) qui identifie les fournitures médicales et matériels remboursables.

Le patient devra être au repos, en décubitus dorsal (position allongée ou semi-allongée). Avant, pendant et après la réalisation de la saignée, le professionnel de santé en charge de l’acte devra s’assurer que le patient tolère bien le prélèvement et vérifier le pouls et la pression artérielle. 

Le prélèvement dure 10 à 15 minutes en moyenne. Il est réalisé “sur une poche avec un peson pour bien régler la quantité de sang à prélever. Une petite poche attenante à la poche principale est utilisée pour prélever les échantillons de sang nécessaire à une numération formule sanguine et un bilan martial” [2] (appréciation du bilan de fer dans l’organisme).

A – Préconisations

Avant de pratiquer une phlébotomie il est conseillé : 

  • de s’assurer de l’absence de cardiopathie ischémique sous-jacente
  • de veiller à ce que le patient soit bien hydraté afin de limiter les céphalées liées à l’hypovolémie
  • de pratiquer une surveillance de la tension artérielle avant, pendant et après la saignée. “La pression artérielle doit être dans les limites suivantes : systolique 100 mmHg -180 mmHg, diastolique 50 mmHg – 90 mmHg.” [3]
  • prélever un volume de sang maximum de 500 ml. En règle générale, le calcul est le suivant : poids (kg) x 7 ml sans dépasser 500ml.

B – Fréquence de la saignée

Le rythme et la déplétion dépendent de la tolérance du patient, de sa pathologie, de ses antécédents, de son poids, de sa taille et de son âge.

C – Risques liés à la saignée

Dans les risques liés à la saignée, on recense des complications hypovolémiques (confusion, peau froide, moite, bleuâtre et pâle…) ou hypotensives (céphalées, vertiges…), notamment chez les patients anémiques ou avec antécédents de maladies cardiovasculaires.

III – Saignée : cotation de l’acte pour les infirmiers libéraux

Saignée seuleAMI 5 + IFD (si besoin)
Saignée + prélèvement sanguinAMI 5 + AMI 1,5/2 + IFD (si besoin) 

Sachez que vous pouvez prendre rendez-vous en ligne avec une infirmière libérale pour vos soins à domicile. Pour cela, n’hésitez pas à nous contacter via notre plateforme. Nous vous mettrons en relation avec un professionnel de santé à proximité de votre domicile en moins d’une heure !

Sources :

  • [1] Les saignées en hépatologie – Association française de formation médicale continue en hépato-gastro-entérologie
  • [2] Les saignées thérapeutiques en 2015 – Dr Caroline Jacquart de Kerguenec – Hépatologie BEAUJON
  • [3] Saignées en ville par les infirmiers libéraux – URPS infirmiers libéraux Ile de France – Avril 2017
  • Les saignées – France Fer Hémochromatose

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.