Réfection de pansement

Pansements : un soin adapté à chaque plaie

La réfection de pansements est un acte technique que l’infirmière diplômée d’état doit savoir maîtriser. Afin d’obtenir une cicatrisation optimale, il est important de choisir le pansement adapté à chaque type de plaie.

Qu’est-ce qu’une plaie ?

La peau est un organe essentiel de notre corps et nous protège des agressions extérieures. La plaie est une effraction de la peau, plus ou moins profonde, résultat d’une atteinte physique (corps étrangers) ou thermique. Elle peut aussi être causée par un trouble interne. Une plaie peut aboutir à l’exposition de tissus tels que les muscles, les os ou encore les viscères. On distingue la plaie aiguë et la plaie chronique.

Le rôle du processus de cicatrisation est de reconstituer les différentes couches de la peau (épiderme, derme et hypoderme), qui une fois lésées, nous rend plus vulnérables (agents infectieux, pollution, rayons du soleil, etc…). La prise en charge de plaies lourdes et complexes est un des rôles propre de l’infirmière. Elle nécessite parfois l’intervention d’une équipe pluridisciplinaire car elle peut s’accompagner de complications (mobilité, esthétisme, chirurgie…).

L’accompagnement d’un patient qui souffre d’une plaie complexe demande disponibilité et empathie. Une plaie peut en effet avoir un impact psychologique sur la personne (douleurs, image de soi…). Les deux critères de la plaie à évaluer sont l’état de la plaie ainsi que le stade cicatriciel.

Le stade cicatriciel

Les différents stades cicatriciels d’une plaie sont :

  • La plaie nécrosée : elle est reconnaissable par son aspect noirâtre et est la cause d’une ischémie tissulaire ou d’un arrêt de la vascularisation. Le risque d’infection est alors plus important.
  • La plaie fibrineuse : son aspect jaunâtre est lié au processus inflammatoire et exsudatif de la peau lésée. Ce stade cicatriciel bloque le processus de cicatrisation et se présente sous la forme de petites plaques filamenteuses.
  • La plaie bourgeonnante : lorsque la plaie évolue à ce stade, la cicatrisation est efficace. En effet, une plaie bourgeonnante est le signe d’une reprise optimale de la vascularisation.
  • La plaie épidermisée : c’est le dernier stade avant la cicatrisation complète mais nécessite tout de même une surveillance.

L’état de la plaie

En plus de l’évaluation du stade cicatriciel de la plaie, une surveillance rigoureuse s’impose également concernant l’état de la plaie. En effet, une évaluation de l’aspect du cœur de la plaie, qu’on appelle lit de la plaie (où se rencontre milieu stérile et non stérile), permet d’identifier si c’est :

  • Une plaie sèche : si tel est le cas, cela démontre que la plaie n’est pas suffisamment humide. Pourtant, les cellules étant composées à 70% d’eau, l’humidité est nécessaire pour permettre la cicatrisation. Il faudra alors choisir un pansement adapté afin de maintenir la plaie en milieu humide.
  • Une plaie exsudative : l’exsudat contribue à la cicatrisation car il contient de nombreuses substances (eau, électrolytes, éléments nutritifs, médiateurs inflammatoires). Cependant, s’il est trop important, il peut altérer le processus cicatriciel. Ce type de plaie requiert donc un pansement absorbant.
  • Une plaie cavitaire : les berges, où s’implante les fibroblastes nécessaires à la cicatrisation, descendent dans le lit de la plaie ce qui provoque une structure en relief. Le risque infectieux est alors majoré.
  • Une plaie infectée : elle ralentit fortement la cicatrisation et peut altérer l’état général de la personne allant parfois jusqu’à de graves complications.
Plaie post-chirugie

Les phases de cicatrisation

La cicatrisation est le résultat d’un processus qui fait appel à plusieurs mécanismes physiologiques impliquant les cellules fibroblastes et épithéliales. Ils permettent la lutte anti-infectieuse ainsi que la réparation cellulaire. La cicatrisation découle de trois étapes successives :

  • La phase de détersion : une réponse hémorragique avec la création d’une croûte qui intervient pour protéger les couches profondes de la plaie. Lui succède alors la mise en place d’un processus inflammatoire (rougeur, chaleur, douleur et œdème) qui s’installe pour nettoyer les cellules mortes et les micro-organismes.
  • La phase de bourgeonnement : les fibroblastes (cellules du tissu conjonctif) et les cellules épithéliales interviennent dans cette phase proliférative. Le tissu de granulation se développe et permet qu’un nouveau tissu se forme.
  • La phase d’épidermisation : La plaie se contracte et se recouvre de cellules épithéliales. Puis, une cicatrice se forme.

Les soins de plaies vont alors permettre de maximiser la cicatrisation en s’adaptant quotidiennement aux critères d’évolution de la plaie.

Les différents types de pansements

Choisir le pansement adapté à chaque plaie permet d’obtenir des conditions de guérison optimales. La prise en charge des patients présentant des plaies chroniques demande donc une évaluation quotidienne et impose de s’adapter. Il existe plusieurs types de pansements dont les caractéristiques répondent aux spécificités de chaque stade cicatriciel et de l’état d’évolution de la plaie.

Les pansements alginates

Grâce aux alginates (polymères d’acides alginiques obtenus à partir d’algues), ces pansements ont un fort pouvoir hémostatique et des capacités d’absorption importantes qui les rendent parfaitement indiqués pour les plaies fibrineuses et hémorragiques. Au contact des sécrétions, les alginates se gélifient et piègent les bactéries ce qui réduit le risque infectieux.

On peut les trouver sous la forme de mèches ou de compresses. Ils s’utilisent sur une peau parfaitement propre et sèche. L’utilisation d’un pansement secondaire est nécessaire pour le maintenir. Les pansements alginates ne conviennent pas aux plaies sèches ou non exsudatives.

Les hydrofibres

Composés de fibres de carboxyméthylcellulose (CMC), les pansements hydrofibres ont un fort pouvoir absorbant et maintiennent la plaie en milieu humide. Ils ont des propriétés similaires aux pansements alginates.

Ces pansements absorbent trente fois leurs poids en exsudat et peuvent rester en place jusqu’à sept jours, ce qui rend ces pansements peu coûteux. Ils sont contre-indiqués aux brûlures de troisième degré ainsi qu’aux plaies sèches.

Les hydrocellulaires

Indiqués dans le traitement de plaies chroniques au stade bourgeonnant ou pour tous types de plaies aiguës, ces pansements particulièrement résistants favorise la cicatrisation. Ils sont utiles dans la cicatrisation post-opératoire d’un kyste pilonidal. Composés de mousse de polyuréthane empêchant la macération, ils assurent le maintien de la plaie dans des conditions physiologiques optimales.

Les hydrocolloïdes

Grâce à la présence de CMC, ils absorbent les exsudats en excès et favorisent l’hydratation et la vascularisation. Ils sont indiqués dans le traitement des brûlures, des escarres ou encore pour soigner les plaies aiguës suintantes. Les hydrocolloïdes existent sous forme de plaques, de poudres, de pâtes ou de gels.

Les hydrogels

Destinés aux plaies sèches et nécrotiques, ces pansements composés majoritairement d’eau créent un milieu humide qui stimule le processus de détersion naturel et facilite la détersion mécanique. C’est un pansement neutre pour la peau saine qui n’est que très peu absorbant. Les pansements hydrogels existent sous forme de plaques, de compresses imprégnées et de gels.

Les films dermiques

Ce sont des films transparents semi-perméables en polyuréthane qui laissent circuler l’air et bloquent les liquides et les bactéries. Ils sont indiqués dans les soins d’escarres de stade 1 ou 2, les plaies post-opératoires , les brûlures superficielles ou pour protéger la peau. Les films transparents peuvent être également utilisés pour renforcer un pansement primaire et ainsi limiter les contaminations extérieures.

Les pansements gras

Un pansement gras n’adhère pas à la plaie et protège la peau en phase d’épidermisation. Imprégné de particules hydrocolloïdes et de vaseline, il absorbe l’exsudat des plaies peu exsudatives. La nouvelle génération de tulles gras est composée d’un maillage très fin qui donne la possibilité de les laisser en place pendant 4 à 5 jours sans qu’ils n’adhèrent à la peau.

Les pansements au charbon

Les pores qui recouvrent le charbon permettent l’absorption des bactéries et odeurs. Le charbon activé (obtenu à partir de chardon naturel) va agir sur les plaies infectées ou malodorante même profondes. Il va ainsi permettre d’augmenter le confort du patient. Le charbon peut être associé aux hydrofibres afin d’optimiser le pouvoir absorbant du pansement.

La cicatrisation évolue favorablement avec une offre de soins adaptée. Elle peut être également ralentie ou aggravée par différents facteurs. L’infirmière joue un rôle cruciale dans la prise en charge des plaies. Les soins de pansements nécessitent donc une attention particulière et une surveillance soutenue.

Tulle gras et compresse pour pansements

Vous pourriez également aimer...

1 commentaire

  1. Article très intéressant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *